• Christopher Okigbo

    Christopher Okigbo Poète nigérian, Christopher Okigbo a publié un seul livre, Labyrinths, dont un certain nombre de poèmes préfigurent la guerre du Biafra, dans une langue poétique incantatoire, à l’immense pouvoir de suggestion. La dimension épique de ces poèmes inspirés par la situation explosive du Nigeria dans les années 1960 fait corps avec la quête métaphysique du poète. En 1967, beaucoup d’intellectuels nigérians sont impliqués dans la sécession du Biafra. Alors déjà considéré comme l’un des meilleurs poètes de sa génération, il est le seul à s’engager dans l’armée pour défendre ses idées. Okigbo est tué sur le front en 1967, à 35 ans.

     

    Je vois de multiples couleurs dans les dents salées de l’écume
    Qui n’est pas un endroit à affronter sous le clair-obscur
    L’arc-en-ciel disent-ils est rempli d’harmonies
    Nous prendrons un virage gris pour l’affronter.
    Des vents violents vocifèrent contre nous
    Nous avalerons notre cœur dans notre ventre
    Davantage de rides sur le visage salé du verre
    Le balai des vents déblaie seulement la surface.
    J’entends de multiples voix alentour de nous
    Nous porterons l’habit vert des noix de kola
    Le martin-pêcheur ramasse ses cordes à distance
    L’eau salée les ramasse en elle
    Les pales plongeantes des pagaies, les dauphins inconstants
    L’eau salée les ramasse en elle.
    L’eau va-t-elle nous ramasser dans sa chambre sibylline ?
    Et nos silences s’estomper en antilopes galopantes ?

     

    Christopher Okigbo 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :