• En cultivant son jardin

    En cultivant son jardin

     

     

     

     

     

     

    Ma tondeuse ayant rendu l'âme juste avant le con-finage, l'herbe et les fleurs en ont profité pour s'en donner à cœur joie, sans vergogne ; et ça pousse, ça pousse! on n'arrête pas la nature en marche, par décret municipal !

    Pissenlits, pâquerettes, orties, belles inconnues, mêlés aux jonquilles et aux iris, vivent ensemble un grand moment de liberté, sans le bruit infernal et sans les lames coupantes qui leur gâchent habituellement leur poussée printanière.

    Plus  de voitures, plus de traces d'avion dans le ciel.

    Quand même, c'est un peu étrange !

    Où sont coincés les adolescents de l'ADAPEI, juste en face, ceux qui poussent parfois des cris d'enfermement dans leur tête , et qu'on promène sur le chemin montant devant la maison, pour les apaiser en cueillant des marguerites et caressant les chats qui les suivent...Trois voitures garées sur le parking disent le dévouement des jeunes moniteurs assurant une présente rassurante aux angoissés. solidarité humaine de la jeunesse.

    L'ennemi est invisible.

    Le chemin est désert, excepté la course silencieuse d'un joggeur méditatif et solitaire.

    On n'entend plus que les oiseaux étonnés, qui se racontent leur étonnement de ce silence, en espérant que ça dure.

    L’avenir est insaisissable.

    Carpe diem.

     

    Hélène D. (24/03/2020)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :