• Isabelle Callis-Sabot : Aveu

    Isabelle Callis-Sabot : Aveu

     

     

     

     

     

    L’adolescence où l’on chavire
    Voit naître les premiers tourments ;
    Je n’ai jamais osé vous dire
    Mes peurs, mes joies, mes sentiments.

     

    Sans le vouloir mon attitude
    Était contraire à mes pensers ;
    Au fil des jours, des habitudes
    Je paraissais vous ignorer.

     

    – Sachez que mon indifférence
    Cachait mes rêves les plus doux
    Et qu’en dépit des apparences
    Mon cœur tremblait d’amour pour vous.

     

     

    Isabelle Callis-Sabot


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :