• Atelier "Desnos"


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Un poème de Françoise Hàn

     

    Poétesse française et critique littéraire, Françoise Hàn est décédée le 1er juillet 2020. Elle avait 92 ans. Françoise Hàn laisse derrière elle un héritage important. Son premier recueil Cité des hommes, parait en 1956 aux Éditions Seghers. Parmi ses œuvres les plus récentes, indiquons Le double remonté du puits (Éditions Jacques Brémond, 2011), Langage, liberté (La Porte, 2009) et Scarabée en attente publié aux éditions La Porte, 2014.

     

     

     

    Trois flocons de neige
    trois gouttes de temps
    enfermés dans une pierre

     

    le souvenir est une géode
    à ne pas fracasser

     

    que le poète soit ce caillou
    au cœur duquel cristallise
    un peu de lumière adolescente.

     

    Françoise Hàn


    votre commentaire
  • Juliette Darle (1921- 2013), poète, a participé aux cercles littéraires parisiens, au lancement de la poésie murale et côtoyé des grands artistes du XX ème siècle dont Aragon, Picasso, Eluard et Giacometti.

     

     

     

     

     

     

    Les montagnes bleues

    Terre dont l’image tremble
    A jamais entre les cils

    J’ai vu le ciel au galop
    Sous la rivière intrépide

    J’ai vu l’horizon courir
    Si loin que l’azur déborde

    L’heure qui passe élargit
    L’ombre des oiseaux rapaces

    Une autre face du monde
    Réfléchit le crépuscule

    Pays d’eaux rapides Roches
    Dont les reflets perdent souffle
    Vent fou d’oiseaux de nuages

    Tutélaire la montagne
    Apprivoise toute errance

    Son grand bestiaire de pierre
    Veille les premiers ancêtres
    Et la dernière pauvresse

    Les chevreuils passaient un fleuve
    Qui t’éclabousse les yeux 

     

    Juliette Darle


    votre commentaire
  • "J'aurais aimé être une reine"

    Kouam Tawa est né en 1974 à l’Ouest du Cameroun. Il réside dans sa ville natale et se consacre à la littérature, au théâtre et à l’animation des ateliers d’écriture. Il a écrit une quinzaine de pièces dont la plupart ont été mises en lecture, en espace ou en scène en Afrique, en France, au Canada ou au Japon.

     

    J’aurais aimé être une reine. Avoir une grande cour. Des hommes et des femmes autour de moi. Les uns pour me servir, les autres à ma charge.
    J’aurais aimé être une reine. Avoir une voix qui compte. Dire « je veux » et avoir. Dire « je peux » et pouvoir. Dire « c’est ça » et c’est ça.
    J’aurais aimé être une reine. Être de mon temps. Adhérer au monde. Tenir tête à la nuit. Faire corps avec l’espoir.
    J’aurais aimé être une reine. Triompher de moi-même. Être la chance des autres.

    J’aurais aimé être une reine. Avoir un nom qui dure, une danse qui me porte.
    Je me serais au moins permis le rêve si la mort qui n’a pitié de personne n’avait fait de moi la petite dernière qui se cherche sans savoir s’il lui faut monter ou descendre.

     

    Kouam Tawa


    votre commentaire
  • Né en Belgique en 1960, Carl Norac est avant tout poète. Carl Norac est aussi écrivain pour la jeunesse, traduit à ce jour en 19 langues.
    Après avoir vécu plusieurs année en France, il retourne en sa Belgique natale et y est intronisé le 30 janvier 2020 « Poète National » pour deux ans.

     

     

    Petit poème pour y aller 

    Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
    Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
    La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
    Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
    Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
    « Sois libre et ne te tais pas ! ».
    Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
    Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
    en promenade ou sur une étoile,
    à vue de rêve ou de passant.
    C’est un aller qui part sans son retour
    pour voir de quoi le monde est fait.
    C’est le sourire des inconnus
    au coin d’une heure, d’une avenue.
    Au fond, un poème, c’est souvent ça,
    de simples regards, des mouvements de lèvres,
    la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
    dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
    dont tu peux tendre une main ou une banderole,
    et aussi la manière dont tu te diras :
    « Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
    Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
    et tout l’univers.

     

    Carl Norac


    votre commentaire
  • Un poème de Denise Le Dantec

    Denise Le Dantec est une poète française née en 1939 à Morlaix (Finistère). Elle a publié une trentaine d’ouvrages parmi lesquels plusieurs sont consacrés à l’esthétique et à l’histoire des jardins. Partagée entre l'Ile Grande (Côtes-d'Armor) et Paris, elle est l'auteure d'une œuvre variée, poétique, philosophique et romanesque.

     

     

     

     

    Parfois
    tu vois
    que la terre n’est pas aussi grande
    que tu le pensais.
    Tu caresses son échine
    tant éprouvée.

    Sans cesse
    tu découvres des univers.

     

    Denise Le Dantec, 


    votre commentaire
  • Un poème de Ludovic Janvier

    Ludovic Janvier naît en 1934 à Paris. D’ascendance haïtienne, Ludovic naît d’un père qu’il ne connaitra jamais et d’une mère qui le remettra à une nourrice habitant la campagne. Très jeune donc, comme il en fait le récit dans son roman « Confession d’un bâtard du siècle », il se réfugie dans la littérature et prend ainsi la langue comme parent. Il joue avec les mots, les manipule.

     

     

    Si tu meurs
    un beau jour
    attention
    à la marche
    tu croiras
    que ça monte
    pas du tout
    ça descend 

     

    Ludovic Janvier


    votre commentaire
  • Un poème de Nicole Brossard

    Née à Montréal en 1943, Nicole Brossard est une des écrivaines les plus connues et respectées au Québec. Ses textes sont parus dans différentes revues à travers le monde et ses livres sont étudiés dans plusieurs universités québécoises, canadiennes, américaines, européennes, mexicaines et argentines.

     

     

    Le courage juste à temps

     

    Touche pour voir
    d’un seul coup
    la poitrine, les joues
    ton humanité
    avec ou sans visa sans visage
    touche voir
    si le courage troue les monstres
    si ça fonce drette dans l’âme d’autrui
    si ça accélère tou’le temps partout
    la fièvre les pensées
    si l’infini se déverse
    dans le sang
    juste à temps 

     

    Nicole Brossard


    votre commentaire
  • Un texte de Richard Brautigan

    Richard Brautigan (1935 - 1984) est un écrivain et poète américain. Issu d'un milieu social défavorisé de la côte Ouest, Brautigan trouve sa raison d'être dans l'écriture et rejoint le mouvement littéraire de San Francisco en 1956. Il y fréquente les artistes de la Beat Generatio. Il est révélé au monde par son best-seller « La Pêche à la truite en Amérique » .

     

    Une mouette vint nous survoler, son cri nous parvenait dans la lumière, son cri traversait historiquement des chansons de douce couleur. Nous avons fermé les yeux, et l’ombre de l’oiseau s’est enfoncée dans nos oreilles.

     

    Richard Brautigan


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires