• Rachel Leclerc

    La romancière et poète québécoise Rachel Leclerc est la dernière d’une famille de sept enfants. Sa région natale, la Gaspésie, a formé son paysage intérieur et lui a inspiré plusieurs livres. Elle est également critique de poésie.

     

    Et je ne sais plus le temps qu’il fait

    ni de quelle saison nous tirons ces jours,

    je crois qu’il fait de grands escaliers de bois

    descendant à la mer ou bien remontant

    vers la tiédeur de la prochaine avoine

    ou vers une grange aveugle un après-midi de soif.

     

    Je ne sais plus si c’est l’horizon ou l’effroi

    ou simplement vos bras qui s’éloignent à mesure.

    Un à un, les ciels s’ouvrent comme des berceaux

    une à une les crispations de l’histoire

    sont acquises à la glaise.

     

    Je ne sais pas non plus de quel vertige

    sera faite la prochaine colline

    ni de quel étouffement viendra le prochain orage

    ou la prochaine solitude.

     

     

    Rachel Leclerc


    votre commentaire
  • James Sacré

    James Sacré est un poète français, né en 1939 à Saint-Hilaire-des-Loges. Il passe son enfance dans la ferme de ses parents en Vendée. Il est d'abord instituteur. Il part, en 1965, vivre aux États-Unis où il poursuit des études de lettres. Il y enseigne à l'université de Smith College dans le Massachusetts. En 2001, il rentre en France. James Sacré a commencé à écrire dans les années 1970.

     

    Poème te voilà, si peu de mots, des phrases comme
    Une musique plutôt que du sens, une musique
    Mais pas vraiment, que des mots :
    On saurait mal en mesurer les rythmes.
    Et soudain des façons poème que tu as
    De les précipiter (distrait, ou qui pense à sait-on quoi ?)
    Peu de bruit nous reste dans l’oreille et tu ne proposes
    Aucune mélodie qu’on pourrait connaître par cœur.

     

    James Sacré


    votre commentaire
  • Marie-Claire Bancquart

    Marie-Claire Bancquart(1932 - 2019 ) est une poétesse, romancière, essayiste et critique littéraire française. Elle fait paraître son premier recueil de poèmes en 1969. Elle a été professeure de littérature française successivement aux universités de Brest, Rouen, Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne, Paris-Nanterre et à  Paris-Sorbonne. Membre de l'Académie Mallarmé, elle a publié notamment des éditions commentées d’Anatole France, de Guy de Maupassant et de Jules Vallès.

     

    VISITE IMMOBILIÈRE

     

    Dans le téléphone

    dorment des paroles d'amour

    un morceau de ciel est en place

    par la fenêtre

    mais le mur garde

    une empreinte de doigt distincte seulement sous les lampes.

    Un visage se tait dans le miroir.

    Un pas qui enjambe l'absence a laissé son empreinte sur le palier.

    N'habitons pas ici.

    Trop de secrets

    sont restés bouche à bouche.

    D'autres seront à nous.
    Ailleurs.

     

    Marie-Claire Bancquart


    votre commentaire
  • Marc Alexandre Oho Bambe dit Capitaine Alexandre, est un poète slameur. Il est lauréat du Prix Paul Verlaine de l'Académie française 2015. Il suit les traces des auteurs humanistes, René Char (d’où vient son nom de scène Capitaine Alexandre), Aimé Césaire, Frankétienne, … ses guides à penser.

    Sa poésie évoque le don de soi, l’amour et la révolte, et la quête de l’humain. Dans ses textes, qu’il porte ensuite à la scène, il aborde les tourments contemporains. Il propose au lecteur et au spectateur de s’interroger, de dialoguer, de ne pas rester les bras croisés et incite à un meilleur vivre ensemble.


    votre commentaire
  • Gabrielle AlthenGabrielle Althen, née en 1939, est une poétesse, romancière, nouvelliste et essayiste française. Elle vit entre Paris et le Vaucluse. Après avoir été professeur de littérature comparée à l’Université de Paris X-Nanterre elle est actuellement membre du jury Louise Labé. Auteur de nombreux ouvrages, elle a également traduit, en collaboration avec Jean-Yves Masson, les Poèmes à la nuit de Rilke en 1994

     

     

     

     

    Adresse 

    Tu es ma consternation et ma consolation
    Tu es ma colère et mon rire
    Tu appartiens à ton caprice
    Tu appartiens à ta douleur
    L’un chassant l’autre
    Tous deux exorbitants
    Et quand tu jouis tu supportes en jouant
    La rose du salut
    – Ô vulnérable parfois la rosée qui s’évade ! –
    Tu me consoles et me consternes
    – Des fleurs sans toi s’amoindriraient là-bas –
    Tu es mon risque et ma vivacité
    Ma jeune joie de fille surprise qui ruisselle
    Et ma présence étrange debout au bord du large
    Que je ne connais pas 

     

    Gabrielle Althen


    votre commentaire
  • Béatrice Bonhomme

    Béatrice Bonhomme, née à Alger en 1956, est une écrivaine, poète, essayiste et directrice de revue française. Elle a toujours vécu dans des paysages méditerranéens, lesquels imprègnent de façon particulière son imaginaire poétique. Elle a publié, à ce jour, une vingtaine d’ouvrages de poésie et de critique littéraire.

     

     

     

    Précarité de la lumière


    ne plus penser qu’à la lumière
    ne laisser qu’un battement
    un rythme rayonnant
    sur le bord du monde


    ne plus s’exposer qu’au rayonnement
    de la lumière
    et demeurer au creux du monde
    dans un rayon de flamme vive
    où va s’embraser la couleur

     

    Béatrice Bonhomme


    votre commentaire
  • François de Cornière

    François de Cornière a animé pendant trente ans les Rencontres pour lire à Caen. Il vit maintenant non loin de Guérande. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, dont La Surface de réparation, Boulevard de l’océan, Ces moments-là, Nageur du petit matin publiés au Castor Astral. Il a reçu les prix RTL-Poésie 1, Georges Limbour et Guillaume Apollinaire.

     

    UNE PHRASE DE NOTRE VIE

     

    Ce que j’aimais dans les mouettes
    c’est quand elles oscillaient
    et tout à coup plongeaient
    - cailloux qui tombent dans l’eau -
    juste devant nos fenêtres.

     

    Nous restions des heures
    à regarder la mer
    à nous parler des vagues
    des nuages et des mouettes.

     

    Aujourd’hui je retrouve cette image
    verticale immédiate
    qui plonge dans mon poème
    rieur comme l’été :

     

    la porte s’ouvre d’un coup
    des enfants sont entrés
    dans des corps de jeunes hommes
    (des voix de mouettes un peu)
    avec cette très grosse faim
    qui précipite le temps
    fait une tempête dans la cuisine
    et bouscule le monde
    éclaboussant d’eau froide
    une phrase de notre vie.

     

    François de Cornière


    votre commentaire
  • "Plat du jour", Daniel Biga

    Daniel Biga, né à Nice en 1940, a fondé la revue Chorus avec Franck Venaille. Il a multiplié les activités en tant que peintre, poète et enseignant. Il a notamment publié Oiseaux Mohicans, Kilroy was here et Né nu (Le Cherche-Midi), Stations du chemin (Le Dé Bleu) et Dis d’Elle (Cadex).

     

     

    un mur de pierres sèches à remonter

    un mur de pierres sèches comme appui-dos

    un mur de pierres sèches ce maître de vie

    un mur de pierres sèches énonce le message :

    que chaque jour soit l'accomplissement d'un acte

    originel

     

     

    Daniel Biga


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire