• Va où le vent te mène (2)

    Va où le vent te mène

     

     

     

     

     

     

    Il était une fois un petit jardin niché dans un lien de bocage ; un petit jardin caché, discret, sauvage, un jardin d'autrefois, de grand-mère ou de curé !

    La lenteur est à l'honneur : On aime s'y poser, observer, méditer , parler aux arbres et aux nuages . . .

    Que nous dit l'arbre mort aux branches dressés vers le ciel ? Les oiseaux y chantent encore ! ! !

    Comme lui nous vivons les quatre saisons de la vie, les ombres, les lumières, les nuits sans lune ou les voûtes étoilées !

    Il nous parle de vie de mort de résurrection !

    On se perd, on vagabonde dans le petit jardin. Il y a les légumes d'automne, les plantes aromatiques, la menthe sauvage et encore . . . On parle bas pour ne pas déranger ce savant désordre, ou alors on ne parle pas pour mieux goûter ce silence apaisant. parfois troublé par la chute des feuilles précipitée par la bourrasque d'octobre !

    La mousse moelleuse amortit nos pas, elle se veut discrète tandis que les couleurs délirent.

    Éloge à la beauté

    à la lenteur

    à la Vie. chez nous, si près, au détour du chemin.

     

    (écrit au cours de l'atelier "Mots de plein vent" par M.S.) 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :