• Printemps des poètes 2019

    J’ai vu une enfance violentée rêver devant un amandier en fleurs.

    J’ai vu un homme emprisonné retrouver souffle à la lecture d’un poème.

    J’ai vu le ciel déverser des tonnes d’azur sur nos morts.

    J’ai vu la neige brûler moins que les larmes.

    J’ai vu le soleil consoler un coquelicot, et réciproquement.

    J’ai vu un arc-en-ciel en cavale sous l’orage.

    J’ai vu un ange noir chanter sous les étoiles.

    Et je n’ai trouvé qu’un mot pour dire cela qui transcende le chaos, l’éphémère et la joie mêlés de nos vies : LA BEAUTÉ.

    J’entends Aragon, immortalisé par Ferré : Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses. J’entends Eluard : J’ai la beauté facile, et c’est heureux. J’entends Char bien sûr : Dans nos ténèbres, il n’y a pas une place pour la Beauté. Toute la place est pour la Beauté. Mais aussi ces innombrables voix de poètes qui ne cessent d’extraire la beauté ensauvagée du monde.

    Et comme pour donner raison à ce thème du Printemps des Poètes, Enki Bilal accepte d’en signer l’affiche tandis qu’un faon traverse la tempête à l’instant sous mes yeux.

    Sophie Nauleau


    votre commentaire
  •  Voyage

     

     

     

     

    Un jour j'oserai quitter ta main : partir sans réfléchir. . .  pour réfléchir, me retrouver seule, cheminer, marcher, dormir à la belle étoile ou sous un autre toit sans toi pourquoi pas ? 

    Me reposer, méditer, contempler, remercier, essayer de comprendre ce que je ne comprends pas et sans doute ne comprendrai toujours pas.

    Souffrir du froid, du chaud, la peau au soleil ou sous la pluie. Grelotter sous le vent du Nord, goûter l'alizé de l'été ! ÊTRE. de tout mon être ,renier L 'AVOIR. quêter l'essentiel, chuchoter mes secrets aux nuages libres.

    Les pieds fatigués, le corps épuisé : heureuse, différente, tellement différente. !  je reviendrai pour te faire partager.

    Et toi as tu changé ?

    Je reviendrai reprendre ta main. et toi oseras tu la reprendre ? 

    M. S. (écrit en  janvier 2019 lors d'un atelier sur le thème du voyage)


    votre commentaire
    • Du bonheur, tôt le matin
    • Beaucoup d’amour, la nuit, le jour
    • Que ça décoiffe, même par temps calme
    • De la poésie pour oublier la Macronie et la financerie
    • Aller décrocher la lune
    • Une maison bleue accrochée à la colline
    • Tout
    • L’impossible
    • Un petit coin de paradis
    • Un petit coup de rouge (ou de blanc si c’est le matin)
    • Un câlin de parapluie
    • Juste un petit coquelicot
    • Etre l'avant-dernier pétale de la marguerite
    • ...

     

    Amusez vous ! Inventez d'autres voeux

    ... improbables, merveilleux, poétiques....

    Mettez les en commentaires et ils seront ajoutés à cette liste !

    * * *


    votre commentaire
  • Atelier d'écriture "Avec Sylvain Tesson..."


    votre commentaire
  • Un extrait de notre lecture aux Arcades


    votre commentaire
  • Lectures

    Lectures

     

    On a vécu deux très belles soirées de lecture au cours de ce mois de novembre :

    le 9 novembre à la tour des arts aux Herbiers

    le 30 novembre au bar des Arcades toujours aux Herbiers.

    voir vidéo : https://www.facebook.com/BarLesArcades.85500/videos/120608512213099/?t=71


    votre commentaire
  • Une dizaine d'écrivant(e)s dans le grenier et un chœur de lecteurs après la dernière consigne inspirée d'un texte de Thomas Vinau.

     

    Chœur dans le grenier

     

    Pour écouter ce chœur de lecteurs :

     


    votre commentaire
  • Écrire dans grenier des mots


    votre commentaire
  • Je n'en pouvais plus d'entendre...

    Je n'en pouvais plus d'entendre ce morceau de granite me raconter son histoire. Immobile, venu on ne sait d'où. Pourquoi tant de cris, de chuchotements, de grincements sur ce tumulus aux allures de montagne sacrée ?

    J'avais déjà beaucoup marché, longtemps, sous un soleil me brûlant le visage. Les moustiques dévoraient mes chevilles. Un coq, au loin, me saluait en arrivant. Ce lieu m'avait tout de suite captivée. Je savais que j'étais arrivée.

    Il fallait gravir des marches de pierre recouvertes de mousse, faisant comme un tapis de prière pour entrer dans la légende. Une imposante croix en son sommet vous regardait. Je ne comprenais pas le mystère, mais il me semblait qu'il devait y avoir une voie souterraine quelque part. Je faisais le tour de la butte dans les châtaigniers touffus. Je m'accrochais aux ronces et aux houx épineux. Un vague sentier, peut-être routin marqué par le passage de bêtes, me guida vers un trou noir. Sous la roche. Ici même. Je me suis approchée. J'ai tendu l'oreille. J'ai écouté attentivement si l'écho de ma voix revenait. Rien. C'était comme un vertige, une aspiration. J'avais tellement cherché ! La pierre semblait parler. Devais-je répondre à son appel ? Franchir la porte ? Renoncer ?

    D. R. (Marche/écriture du 30/06/2018)


    votre commentaire
  • ... ce morceau de granite ...

    Je n'en pouvais plus d'entendre ce morceau de granit me raconter son histoire, je ne lui avais rien demandé.

    Il était venu, on ne sait d'où . Il était posé là sur le tumulus où j'avais choisi de m'arrêter pour terminer mon livre, tranquillement, après avoir tellement marché depuis le lever du soleil ; avant qu'il ne fasse trop chaud et que le match de foot n'enflamme les supporters.

    Ce morceau de granit se trouvait captif : enserré de lierre, de ronces, de végétation très dense ; il aurait pu se taire au lieu de vouloir absolument me raconter une pseudo légende, parait-il passionnante et inédite. Elle parlait, parait-il de voix souterraines. J'avais juste envie de lui dire que j'avais besoin de calme, de silence et que, pour la légende, on verrait plus tard.

    Rien à faire, il paraissait vouloir endosser le costume de guide- un guide en granit ???

    me voilà partie dans une drôle d'histoire sans savoir quelle couleur elle prendrait : lumineuse ou terne ? Joyeuse ou triste ?

    Il voulait absolument que je l'écoute moi qui aurais souhaité juste terminer mon livre. Ça n'est pourtant pas compliqué .

    S'il continuait, je finirais par être prise de vertiges.

    Saurais-je me débarrasser de ce morceau de granit ou allait-il m'encombrer encore longtemps ?

    C. P.  (Marche/écriture du 30/06/2018)


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires